COVID19 : les tests antigéniques

Actualité
Politique publique de santé COVID19
Date de publication
Visuel
Depuis quelques semaines, les tests antigéniques viennent compléter le dispositif de test basé sur les RT-PCR.
Qu’est-ce qu’un test antigénique ? Comment se déroule ce test ? Quels sont les tests autorisés ? Qui peut réaliser le prélèvement ? Que faire en cas de résultats positifs ou négatifs ? On vous explique tout ça.
Corps de texte

La stratégie globale de test repose prioritairement sur le test RT-PCR, mais depuis octobre 2020, les tests antigéniques commencent à être utilisés. Ils sont un complément précieux aux tests PCR.

Par leur rapidité, ils permettent, dès la réalisation du test et le rendu du résultat au patient, de lui passer des messages importants pour qu’il s’isole s’il est positif et ainsi de contribuer à casser la circulation du virus en France.

Un test antigénique détecte la présence du virus ou de fragments du coronavirus. Il répond à la question : « le patient est-il ou non porteur du COVID-19 ? ». Comme les tests RT-PCR, il permet le diagnostic précoce de la maladie dès la phase aiguë.

Le test antigénique s’apparente à un test de grossesse. Il a la taille et la forme d’une carte de crédit et s’accompagne d’un écouvillon pour le prélèvement. Comme le test RT-PCR, le prélèvement est fait dans les narines (nasopharyngé). Il est ensuite placé dans une encoche de la carte où un liquide réactif est versé. Le résultat est disponible en quelques minutes (15mins en moyenne).

Chaque professionnel de santé devra saisir l’ensemble des résultats des tests qu’il effectue, positifs et négatifs, dans l’outil SIDEP permettant d’obtenir des indications épidémiologiques robustes et d’effectuer un « contact tracing » immédiat.

Le test RT-PCR reste la technique de référence. Le test antigénique est moins sensible mais sa rapidité de rendu de résultat est un atout pour casser les chaines de transmission et isoler les cas positifs :

  1. le test antigénique est positif, vous êtes malade, isolez-vous au plus vite
  2. le test antigénique est négatif, soyez prudent. Il est possible que vous soyez porteur du virus mais, dans la plupart des cas, vous ne serez pas ou peu contagieux.

La réalisation des tests RT-PCR et antigéniques est gratuite pour le patient sans avance de frais.

 

Les personnes suivantes doivent être prises en charge uniquement par RT-PCR :

  • personnes contacts;
  • symptomatiques lorsque les symptômes datent de plus de 4 jours;
  • personnes asymptomatiques (sauf dépistage collectif ciblé pour trouver un cluster ou recommandation du professionnel de santé).

 

 

 

  1. Prélèvement nasopharyngé avec un coton-tige introduit dans le nez du patient
  2. Le prélèvement est mélangé avec un réactif qui va détruire le virus tout en lui faisant libérer ses constituant, en l'occurrence des protéines spécifiques
  3. Quelques gouttes de la solution obtenue sont déposées sur le test rapide.
    Si les protéines sont présentes, elles vont interagir avec des anticorps et la bandelette va prendre une couleur rouge.
  4. Le résultat est disponible en 15 minutes environ.

 

La liste des tests autorisés, mise à jour quotidiennement, est disponible sur covid-19.sante.gouv.fr/tests. Tous les tests antigéniques figurant sur cette liste ont un marquage « CE » dont la conformité est vérifiée par l’Agence nationale de sécurité du médicament et des produits de santé (ANSM) et déclarent respecter les conditions de sensibilité et de spécificité requises par la Haute Autorité de Santé (HAS).

Comme le ministère de la santé l’a déjà fait pour les tests RT-PCR et sérologiques, une procédure d’évaluation et d’amélioration continue des produits disponibles sur le marché a été mise en place. Le ministère a en effet saisi le Centre national de référence afin qu’avec l’ANSM, il puisse évaluer les performances « en vie réelle » des tests antigéniques et ainsi permettre de sélectionner les meilleurs tests sur le fondement des performances observées.

Un médecin, un chirurgien-dentiste, une sage-femme, un pharmacien, un masseur-kinésithérapeute ou un infirmier et sous la responsabilité d’un médecin, d’un pharmacien ou d’un infirmier, de nombreux autres professionnels (les manipulateurs d’électroradiologie médicale, les techniciens de laboratoire médical, les préparateurs en pharmacie, les aides-soignants...).

Une concertation avec les acteurs, notamment les sages-femmes, les chirurgiens-dentistes et les masseurs-kinésithérapeutes, est en cours pour élargir davantage encore les professions habilitées à réaliser les tests antigéniques.

Tester, tracer, isoler, un impératif :

Pour chaque test effectué, le professionnel de santé doit :

  • le résultat du test au patient, avec un document apportant des recommandations sanitaires adaptées ;
  • le résultat, positif ou négatif, dans le système d’information national SIDEP, qui détermine le suivi épidémiologique et la mise en oeuvre du « contact tracing ».

Le document est téléchargeable en bas de page 

Le document est téléchargeable en bas de page