Métaux naturellement présents dans les sols

Article
Certains sols sont naturellement riche en métaux : D'un point de vue sanitaire, pourquoi se préoccupe-t-on de la présence de certains métaux dans le sol ? Quels secteurs sont concernés ? Quels conseils sanitaires ?
Corps de texte

Comme toute ressource naturelle, le sol est essentiel à la vie terrestre. Parmi les enjeux liés à la qualité des sols, une attention particulière doit être apportée en ce qui concerne la qualité des sols du fait notamment de la présence de certains métaux
 

D'un point de vue sanitaire, pourquoi se préoccupe-t-on de la présence de certains métaux dans le sol ?

Certaines configurations géologiques (nature et composition des roches, érosion…) font en sorte que des métaux peuvent être présents dans les sols de façon plus ou moins importante. On parle alors d’anomalies géochimiques.

Ces anomalies géochimiques peuvent être également liées à des activités humaines plus ou moins récentes (ex : activités minière et industrielles).

Le sol, tout comme l'eau et l'air, peut constituer une source d'exposition aux métaux, selon différentes modalités comme l’ingestion ou encore l’inhalation.

Les enfants sont plus susceptibles d'ingérer des particules de sol notamment au travers du geste main/bouche très présent chez le jeune enfant.  

Certains métaux, comme le plomb et l’arsenic présentent une certaine toxicité et n’apportent aucun bénéfice pour le fonctionnement de l’organisme humain. Ces sont des substances de référence pour la prise en considération des enjeux sanitaires liés aux sols.

Le plomb est une substance toxique pour l’organisme sans bénéfice à son fonctionnement. Les effets du plomb sur la santé varient en fonction de l’imprégnation de l’organisme. A faible concentration, il peut avoir des conséquences sur le développement du cerveau de l'enfant (ex : perte de points de QI), sur les reins et la pression artérielle chez l'adulte. Le plomb et ses composés sont classés probablement cancérigène, les preuves étant encore faibles chez l'homme. L’ingestion constitue la voie principale d’exposition au plomb dans la problématique d'affleurements géologiques.

L’arsenic est une substance toxique pour l’organisme sans bénéfice à son fonctionnement. C’est une substance cancérigène pour l’organisme (vessie, poumon, peau). Il peut également présenter, avec de fortes concentrations environnementales et d’exposition, des effets sur la peau (ex : hyperkératose) et engendrer des troubles cardio-vasculaires. L’ingestion constitue la voie principale d’exposition à l’arsenic dans la problématique d'affleurements géologiques.

Le risque d'imprégnation du corps humain à l'arsenic et au plomb dans les secteurs d'affleurements géologique est difficile à estimer et variable.
 

Quels secteurs sont concernés par la présence de métaux dans les sols ?

Le Bureau de la Recherche Géologique et minière a réalisé un inventaire des anomalies du territoire métropolitain français.

Dans le Territoire de Belfort, une étude du Bureau de la Recherche Géologique et Minière (BRGM) a permis d’affiner localement la connaissance de ces anomalies, lesquelles sont principalement localisées dans le piémont vosgien.

Les résultats des analyses de sol de l’étude du BRGM de 2015 qui comportent au moins une valeur supérieure à 300 mg/kg de plomb et/ou au moins une valeur supérieure à 60 mg/kg d’arsenic ont été retenus, conduisant à identifier les communes suivantes : Auxelles-Bas, Auxelles-Haut, Beaucourt, Belfort, Chaux, Giromagny, Grosmagny, Lachapelle sous Chaux, Lepuix, Offemont, Rierverscemont, Roppe, Sermamagny, Urcerey, Vescemont, Vétrigne.

Remarque importante :

La liste ci-dessus pourra être complétée en fonction de nouveaux éléments (ex : résultats d’analyses de sol) portés à notre connaissance.

Pour les communes les plus concernées par ces anomalies un porter à connaissance a été adressé permettant d’informer la population et d’adopter certaines précautions en matière d’urbanisme. Le porter à connaissance a été diffusé lorsqu’au moins une valeur supérieure à 300 mg/kg de plomb et/ou au moins une valeur supérieure à 60 mg/kg d’arsenic a été identifiée. Ces seuils ont été fixés sur la base du guide méthodologique national de gestion des sites et sols pollués – avril 2017 (p47) et du guide du Haut Conseil de Santé Publique - dépistage et prise en charge des expositions au plomb chez l’enfant mineur et la femme enceinte – octobre 2017 (p 34)
 

Quels conseils sanitaires ?

Une attention particulière doit être apportée pour les secteurs connus pour présenter des anomalies géochimiques. Les principes suivants peuvent être adoptés.
 

Mesures d’hygiène générale

Pour limiter les apports en métaux, des mesures d’hygiène peuvent être adoptées. Elles sont applicables d’une façon générale et permettent de réduire l’exposition aux métaux dans les sols (Voir la plaquette en bas de page pour en savoir plus).
 

Cas des établissements accueillant des enfants - projets d’urbanisme

Dans les communes concernées par la présence de fortes anomalies géochimiques, les demandes d'urbanisme concernant les établissements accueillant des enfants/adolescents (crèches, écoles, collèges…) doivent faire l’objet d’une vigilance particulière.

Des analyses préalables de sols (avec analyse de divers éléments traces de type plomb et arsenic) devront être mises en œuvre.

Si une collectivité s’estime concernée par des anomalies de métaux dans les sols, à l’occasion d’un projet d’urbanisme (établissement accueillant des enfants), il est recommandé de faire procéder à des prélèvements et analyses de sols avant la mise en œuvre du projet.

Le cas échéant, cette démarche donne la possibilité d’étudier les différentes possibilités techniques à mettre en œuvre pour réduire l’exposition aux métaux des usagers et enfants.