La santé pour territoire

Relai de la journée nationale de lutte contre l'ambroisie à Besançon

Actualité
Visuel
ambroisie
Crédits photos : Fabrice Roger - Terra
Très impliqué dans la lutte contre l'ambroisie, nous relayons la journée nationale en organisant avec nos partenaires une journée d'information et de reconnaissance de l'ambroisie à Besançon, le 19 juin (ECOPOLE des travaux publics, 4 rue Camille Flammarion, Besançon, 9h15-16h30).
Corps de texte

Cette journée est organisée avec le Cluster Ecochantiers, la Fédération régionale des travaux publics (FRTP) de Bourgogne-Franche-Comté, la Fédération Régionale de Défense contre les Organismes Nuisibles de Franche-Comté (FREDON), l’Observatoire des ambroisies et le Conservatoire Botanique National de Franche-Comté.  

Elle est destinée aux élus, aux collectivités et aux entreprises de l'acte d'aménager de la région.

L'importance d'un relai en région

Cette journée est l’occasion de présenter :  

  • la publication du décret du 26 avril 2017 rendant obligatoire la lutte contre l’ambroisie,
  • le mémento de prévention et lutte contre l’ambroisie sur les chantiers, fruit d’un travail collectif au bénéfice des Maîtres d’ouvrages, de leurs assistances et des Entreprises de Bâtiment et de Travaux Publics : de la conception d’un appel d’offre à la réalisation-suivi du chantier,
  • la plate-forme de signalement ambroisie à l’attention du grand public : outil développé en Rhône-Alpes en expérimentation en Bourgogne-Franche-Comté.

    Pour signaler l’ambroisie à la plateforme de signalement, trois modes de signalement possibles :

 

L’ambroisie : une plante invasive et allergisante 

Ambroisie

L’ambroisie à feuilles d’armoise (Ambrosia artemisiifolia L.) est  une plante annuelle envahissante dont le pollen est à l’origine de fortes réactions allergiques. L’allergie à l’ambroisie apparaît après plusieurs années d’exposition à son pollen. Quelques grains de pollens par mètre cube d’air sont suffisants pour déclencher des manifestations allergiques : rhinites, conjonctivites, trachéites, avec dans 50% des cas l’apparition de l’asthme ou son aggravation.

En Auvergne-Rhône Alpes, région française la plus touchée, la fréquence de l’allergie à l’ambroisie est estimée à 13%, atteignant 21% dans les zones les plus exposées.

Le pic de pollinisation survient au mois de septembre ce qui rallonge la période des allergies aux pollens sur août et septembre.

Pourquoi lutter contre l’ambroisie ?

L’ambroisie est une plante très envahissante, en pleine progression dans notre région. En effet, elle colonise tous les milieux et se propage essentiellement du fait des activités humaines (chantiers, déplacements de terre, de matériaux…). Le nombre de personnes sensibles croît en fonction de l’importance de l’exposition.

L’objectif de la lutte est donc de réduire l’exposition aux pollens par l’élimination de la plante.

Selon le Conservatoire Botanique National de Franche Comté (CBNFC), l’ambroisie s’installe durablement en Franche-Comté : depuis l’Ain et la Saône-et-Loire, l’expansion de l’ambroisie est très active de « proche en proche » vers l’Est et le Nord. Des apparitions sporadiques sont également notées.

Comment lutter contre l’ambroisie ?

Le décret du 26 avril 2017 renforce la lutte contre l’ambroisie et détermine les mesures au niveau national et local pour prévenir son apparition et pour lutter contre sa prolifération.

Les préfets de département arrêtent les mesures à mettre en œuvre sur leur territoire en fonction du contexte local, et notamment du niveau de présence des ambroisies et du type de milieux infestés (sols agricoles, bords de route, zones de chantier, terrains de particuliers, etc.) ;

  • les collectivités territoriales peuvent participer à la mise en oeuvre des mesures définies par le préfet notamment en désignant un ou plusieurs référents territoriaux dont le rôle est, en particulier, de repérer la présence de ces espèces, de participer à leur surveillance et d’informer les personnes concernées des mesures de lutte pouvant être appliquées sur leurs terrains ;
  • chaque particulier ou chaque entreprise privée est susceptible d’être concerné pour mettre en oeuvre des mesures permettant de lutter contre cette infestation (arrachage de pieds d’ambroisie, etc.)

En Bourgogne- Franche-Comté,  5 départements sont couverts par un arrêté préfectoral de lutte : le Doubs, le Jura, la Haute-Saône, le Territoire de Belfort, la Saône-et Loire. Le Plan régional santé- environnement PRSE3 2017-2022 prévoit la prise d’arrêté préfectoral dans les 3 autres départements.  

Une obligation générale de prévention et de lutte contre l’ambroisie

L’arrêté préfectoral fixe l’obligation de prévenir la pousse de l’ambroisie et de la détruire dans tous les milieux : milieu privé, privé agricole, domaine public de l’Etat et terrains des collectivités territoriales, particuliers.

Période d’élimination de l’ambroisie 

Ambroisie

Cette destruction doit intervenir avant la pollinisation, pour éviter les émissions de pollen et l’impact sur les populations, et impérativement avant le début de la grenaison, afin d’empêcher la constitution d’un stock de graines dans les sols, soit au plus tard avant le 15 août. Pour éliminer cette plante, il est conseillé de privilégier les méthodes non chimiques : arrachage manuel, fauchage, tonte, désherbage thermique, désherbage chimique (en l’absence d’autres solutions).

Organisation de la lutte, désignation de référents communaux

Dans le cadre du plan régional santé environnement, l’ARS a confié l’animation de la lutte aux FREDON Franche-Comté et Bourgogne.

Un référent communal et un référent intercommunal ambroisie sont désignés, et communiqués à la FREDON. Le référent communal peut être un agent communal, un élu municipal ou un bénévole motivé. Le référent communal a un rôle d’information et de communication auprès de la population, et des gestionnaires d’espace sur son territoire. Sur les communes où la présence d’ambroisie a été détectée, il est destinataire des signalements (localisation de parcelles infestées), et conseille les ayants-droits sur les techniques de lutte à mettre en place. Sur les communes où l’ambroisie n’a pas été détectée, le référent a un rôle de vigilance.  

 

A lire également !

"Renforcer la lutte contre les ambroisies : le décret est publié" 
Pour y retrouver les textes publiés en avril 2017 fixant les mesures qui doivent être prises au niveau national et local pour prévenir l’apparition de ces plantes envahissantes.

"Allergies à l'ambroisie : une préoccupation croissante"
Pour savoir ce qu'est l'ambroisie et son caractère allergisant.