Réhabilitation psycho-sociale en BFC : labellisation de deux centres support et du réseau de proximité

Actualité
Date de publication
Visuel
Sources : canva

Dans notre région, nous déployons les soins de réhabilitation psycho-sociale selon une structuration à 2 niveaux : deux centres référents de réhabilitation psychosociale et un réseau de proximité permettant une prise en charge intégrée dans les parcours de santé et de vie des personnes.
Le point sur ce qu’est la réhabilitation psychosociale et sur cette organisation régionale.

Corps de texte

Qu’est-ce que la réhabilitation psychosociale ?

L’objectif de la réhabilitation psychosociale est de restaurer, maintenir et améliorer la qualité de vie des personnes atteintes de troubles psychiatriques en les aidant à maintenir, développer et utiliser des habiletés sociales et fonctionnelles pour vivre, apprendre et travailler dans la communauté avec le plus d'autonomie et de satisfaction possible.

Le concept de réhabilitation psychosociale propose une philosophie de soins qui marque une évolution par rapport aux prises en charge classiques en santé mentale. Elle recourt à des techniques de soins particulières, comme la remédiation cognitive, pour aider les personnes vivant avec des troubles psychiques à conforter leurs fonctions cognitives et leurs compétences sociales, socle indispensable pour se maintenir dans le milieu de vie le plus ordinaire possible.

Le plan psychiatrie et santé mentale 2011-2015 demande de promouvoir "la réhabilitation psycho-sociale au sens large du terme dans la mesure où elle permet l’insertion, la citoyenneté, la qualité de vie, la dignité, l’accès à une formation et au travail et plus généralement la lutte contre la fatalité, l’abandon et la relégation dont sont trop souvent victimes les personnes vivant avec des troubles psychiques".

 

Déclinaison en Bourgogne-Franche-Comté

L’instruction DGOS/R4/2019/10 du 16 janvier 2019 a fourni aux ARS un cadre de référence national pour organiser et structurer, en région, l’offre de soins de réhabilitation psychosociale portée par des établissements de santé autorisés en psychiatrie en articulation avec l’ensemble des acteurs du parcours de santé et de vie, notamment des soins primaires, éducatifs, sociaux et médico-sociaux, de la ville, venant en soutien de l’autonomie et de l’insertion sociale et professionnelle.

Son cadre de mise en œuvre est le Plan territorial en santé mentale (PTSM), permettant d’organiser entre les acteurs sanitaires, sociaux et médico-sociaux et avec les usagers et les familles, une prise en charge globale et coordonnée des besoins des personnes souffrant de troubles psychiques ou susceptibles d’en développer. Afin que la mise en œuvre prenne bien en compte l’enjeu particulièrement important du travail partenarial entre acteurs de soins et de l’accompagnement, le comité régional Bourgogne-Franche-Comté, piloté par l’ARS, a défini la structuration d’une offre de soins de réhabilitation

 

Label pour deux centres supports et un réseau de proximité

Dans le volet Psychiatrie et santé mentale du Projet régional de santé (PRS) de Bourgogne-Franche-Comté, nous avons souligné l’importance des soins de réhabilitation psycho-sociale et avons prévu de les déployer au niveau régional selon une structuration à 2 niveaux :

  • deux centres « support » référents de réhabilitation psychosociale, de niveau 2 :
  • un réseau de proximité de prise en charge intégrée dans les parcours de santé et de vie des personnes regroupant 5 structures de niveau 1 ( 39/25, 58, 70, 71 et 89) rattachées aux établissements sanitaires de psychiatrie.

Afin d'assurer une cohérence de l'ensemble des prises en charge en soins de réhabilitation proposées aux patients dans la région, il a été défini ce qui pouvait être attendu de structures de réhabilitation psycho-sociale de niveau 1 rattachées aux établissements bénéficiant d'une autorisation d'activité en psychiatrie. L'objectif de ce type de structures est d'orienter les soins proposés aux patients vers le rétablissement, en prenant en compte l'avis du patient et de ses aidants. Afin d'harmoniser les pratiques de réhabilitation dans la région, les structures de réhabilitation labellisées doivent se coordonner étroitement avec le centre référent de réhabilitation de leur territoire.