La santé pour territoire

Recrutement de 400 médecins généralistes dans toute la France

Actualité
Visuel
Ma santé 2022_400médecins_Médecins-salariés
Avec Ma santé 2022, de nouvelles opportunités professionnelles proposées aux médecins généralistes, avec des modes d’exercice innovants, grâce à 400 recrutements soutenus dans toute la France en 2019.
Corps de texte

En 2019, on crée 200 postes à exercice partagé ville / hôpital destinés à des jeunes médecins généralistes !
200 postes sont proposés à de jeunes médecins généralistes afin de leur offrir la possibilité de découvrir le secteur ambulatoire des territoires où l’on a le plus besoin de vous tout en continuant à exercer à temps partiel dans un établissement de santé.

En 2019, on soutient la création de 200 postes de médecins généralistes salariés dans les territoires prioritaires !
200 postes salariés sont proposés à des médecins généralistes par des centres de santé, des établissements de santé ou des médecins libéraux dans des territoires considérés comme prioritaires.

Vous êtes intéressé(e) ? 

Découvrez notre Foire aux questions (FAQ) ci-dessous !

Ma santé 2022 _ 400 médecins généralistes

Les 400 médecins, c’est quoi ?

Il s’agit d’une mesure issue de la réforme du système de santé Ma santé 2022 qui vise à apporter dès aujourd’hui, une réponse concrète en matière d’accès aux soins dans les territoires en difficulté.
Cette mesure permet la création et le soutien de 400 postes de médecins généralistes dans toute la France, précisément dans les territoires où l’on a le plus besoin d’eux.

Pour qui ?

Des médecins titulaires d’un diplôme de médecine générale (DMG) et ayant validé leur thèse. Ils s’adressent en priorité :

  • Pour les postes d’exercice partagé ville/hôpital, à des médecins terminant leur cursus de troisième cycle en novembre 2019.
  • Pour les postes de médecins salariés, à des  jeunes médecins intéressés par l’exercice ambulatoire, ou encore des médecins isolés souhaitant améliorer leur confort d’exercice et leur qualité de vie.

Combien de postes sont proposés ?

400 postes sont proposés à ces médecins généralistes remplissant les conditions :

  • 200 postes pour les médecins généralistes en exercice partagé entre la ville et l’hôpital ;
  • Au minimum 200 postes pour ceux souhaitant être salariés.

Ça démarre quand ?

Le dispositif est d’ores et déjà opérationnel.

Les postes à exercice partagé ville/hôpital seront proposés pour l’essentiel à la sortie d’internat en novembre 2019. De premiers recrutements pourront toutefois avoir lieu avant cette date pour des jeunes médecins sortis d’internat les années précédentes et n’ayant pas encore concrétiser leur projet professionnel.

Concernant les postes de médecins salariés, les offres seront sélectionnées progressivement au cours de l’année par les Agences régionales de santé (ARS) en fonction des projets qui leur seront présentés par les potentiels employeurs (centres de santé, établissements hospitaliers de proximité…). 

Où se situent ces offres exactement ?

 Les postes salariés se situent dans ce qu’on appelle des «territoires prioritaires», c’est-à-dire des territoires qui connaissent des difficultés d’accès aux soins. Ces territoires peuvent se situer dans des zones rurales, péri-urbaines ou urbaines, y compris au sein de grandes agglomérations (quartiers sensibles notamment). Ils sont sélectionnés par les Agences régionales de santé et leurs partenaires locaux selon des caractéristiques précises.

Les postes à exercice partagé ville / hôpital seront organisés par définition, autour de deux lieux d’exercice distincts. L’exercice ambulatoire devra être situé dans un territoire «sous-dense», c’est-à-dire un territoire qui connait des difficultés en matière d’accès aux soins. Par exemple, Le médecin pourra effectuer sa partie hospitalière dans un CHU d’une grande ville et pratiquer des soins ambulatoires dans un quartier prioritaire de la politique de la ville (QPV) ou dans un secteur rural proche où il y a peu de médecins.

Je suis intéressé(e), où puis-je les trouver et comment puis-je candidater à l’une de ces offres ?

vous avez accès aux offres sur le site Remplafrance à l'adresse suivante : https://remplafrance.com/annonces/medecin-generaliste/bourgogne-franche-comte/cession

Vous pouvez contacter vos référentes installation à l'ARS : Cécile Ait-Salah et Aurélie Huriaux sur bfc@guichet-unique.sante.fr

Quelle est la différence entre les postes de médecins à exercice partagé ville/hôpital et ceux de médecins salariés ? Quelle solution est-elle la plus avantageuse pour moi ?

Les postes à exercice partagé ville/hôpital permettent à des médecins qui sortent d’internat d’exercer une partie de leur activité à l’hôpital (dans l’établissement de leur choix que ce soit un CH ou un CHU) et le reste de leur temps professionnel en ville. Ils s’adressent plutôt à de jeunes médecins qui souhaitent découvrir le secteur ambulatoire tout en conservant une activité à l’hôpital. Cela peut leur permettre de tester plusieurs modes d’exercice sans se fermer aucune porte, afin d’affiner progressivement leur projet professionnel.

Les postes de médecins salariés s’effectuent uniquement en ambulatoire, comme salariés d’un centre de santé, d’un établissement de santé ou même d’un médecin libéral. Ils s’adressent plutôt à des médecins voulant exercer en ville mais qui ne souhaitent pas ou plus exercer en libéral.

L’exercice partagé ville/hôpital, je peux le faire où je veux ?

  • La partie hospitalière de votre activité peut être effectuée dans un hôpital de tout nature que ce soit un établissement public ou privé de santé, avec ou sans lucratif. Il peut également s’agir d’un hôpital de tout nature d’un centre hospitalier (CH) ou d’un centre hospitalier universitaire (CHU).
  • Les postes pourront proposer un temps ambulatoire au sein d’une structure libérale (en tant qu’associé d’un cabinet libéral ou d’une maison de santé pluriprofessionnelle) ou sous forme salarié d’un centre de santé ou d’un médecin libéral.

Quelle répartition de mon temps est possible ?

Les postes sont à temps partagé : ils peuvent s’effectuer à mi-temps (50% à l’hôpital, 50% en ville) mais sont modulables selon les projets professionnels des jeunes médecins et les besoins des structures qui l’accueillent. Elle est toutefois limitée à une répartition 60/40 (avec au choix 60% à l’hôpital et 40% en ville ou l’inverse 40% à l’hôpital et 60% en ville).

Quel type de contrat peut-on me proposer ? Je peux prendre le statut que je veux ?

Plusieurs types de contrats / statuts sont possibles, à l’hôpital comme en ville.

Possibilités à l'hôpital Statuts Rémunération
Exercice dans un hôpital public Statut de praticien hospitalier contractuel

Vous serez rémunéré(e) sur la base de ce que perçoit un praticien hospitalier au 2e échelon selon le temps que vous y consacrez soit :

  • 30 245,59 euros bruts annuels pour un temps partiel à 60% (6 demi-journées hebdomadaires)
  • 25 204,66 euros bruts annuels pour un temps partiel à 50% (5 demi-journées hebdomadaires)
  • 20 163,72 euros bruts annuels pour un temps partiel à 40% (4 demi-journées hebdomadaires)
Exercice dans un hôpital privé (avec ou sans but lucratif) Statut proposé est variable selon le choix de l’établissement

idem

 

Possibilités en ville Statuts Avantages Rémunération
Exercice libéral Installation libérale

Statut libéral, conventionné en propre et facturation propre de vos actes.
Vous bénéficiez de l’ensemble des avantages conventionnels (participation à la prise en charge des cotisations sociales pour les médecins de secteur 1, ROSP, forfait structure, forfait patientèle etc.)

Votre rémunération dépendra du nombre d’actes que vous effectuerez (pour rappel une consultation de médecine générale est rémunérée 25 euros).

Exercice libéral Médecin assistant libéral Statut d’assistant : travail sous la responsabilité d’un autre médecin sans avoir à vous installer vous-même.

Votre rémunération dépendra du nombre d’actes que vous effectuerez (pour rappel une consultation de médecine générale est rémunérée 25 euros).

Exercice salarié Salarié (en centre de santé ou en contrat de collaboration)

Signature d’un contrat de travail à temps partiel : Contrat à durée déterminée (CDD) qui peut se transformer CDI à l’issue des 2 ans si le centre de santé vous en fait la proposition. 
Signature nécessaire d’un avenant au contrat pour faire évoluer le CDD en CDI. 

Une rémunération mensuelle fixe est à négocier avec votre employeur.

Vous pouvez cumuler cette mesure avec les aides conventionnelles (n’hésitez à en parler avec votre ARS référente qui saura vous aiguiller).

 Si vous exercez au moins 2 jours et demi par semaine dans une zone d’intervention prioritaire, vous êtes éligible au contrat démographie d’aide à l’installation (CAIM). Celui-ci est pro-ratisé (en fonction de votre temps d’activité en libéral). Si vous êtes installé(e) dans une zone d’intervention complémentaire, vous êtes éligible au contrat PTMG, également pro-ratisé en fonction du temps d’activité.

En revanche, bénéficier de ces différents avantages pendant ces deux années d’exercice à temps partagée (aide démographique et PTMG) implique d’y renoncer pour l’avenir. Ainsi, si vous décidez d’opter pour un exercice libéral à l’issue de ses deux années d’exercice à temps partagé, vous ne serez plus éligible au CAIM, dont il n’est possible de bénéficier qu’une seule fois, ni au PTMG, dont on ne peut bénéficier que pendant deux ans maximum. Si vous exercez en zone d’intervention prioritaire, vous pourrez être éligible au contrat démographie pour le maintien en zone sous dense-COSCOM.

Pour en savoir plus sur les contrats de l’Assurance maladie (CAIM ; COSCOM), rendez-vous sur : http://www.paps.sante.fr/Aides-conventionnelles.41920.0.html

Pour en savoir sur le PTMG, rendez-vous sur : http://paps.sante.fr/index.php?id=19147

 

Vous pouvez, de plus, être éligible au contrat Praticien territorial de médecine générale (PTMG) pour votre exercice libéral.

Une garantie de ressources de 6 900 euros bruts par mois vous est alors offerte à condition de remplir ces 3 caractéristiques : 

  • ne pas être encore installé(e) ou depuis moins d’un an,
  • pratiquer les tarifs du secteur 1 de la sécurité sociale,
  • justifier d’une activité minimale de 165 consultations par mois.

 

Par exemple, si vous exercez dans un hôpital public (sous le statut de praticien hospitalier contractuel) à temps partiel (50%) au 2e échelon et avez un exercice libéral et disposez de la garantie de ressources PTMG, vous serez rémunéré 2 100 euros bruts mensuels au titre de la rémunération hospitalière plus 3450 euros bruts mensuels au titre de la garantie PTMG soit 4 550 euros bruts mensuels. Cette rémunération est un minimum car vous effectuerez surement plus de 165 consultations par mois.

J’ai un type de projet particulier, puis-je le soumettre et comment ?

Bien sûr ! Que vous soyez diplômé(e) ou encore interne, vous pouvez dès à présent bâtir votre projet professionnel à la sortie de votre internat en le soumettant à la personne référente du département de médecine générale de votre unité de formation et de recherche (UFR). Vous devrez, dans ce cas, effectuer les démarches vous-même en faisant valider à l’ARS votre projet qui peut, toutefois, le refuser.

Une autre solution, plus simple, consiste à candidater à un projet proposé en commun par un hôpital et une structure ambulatoire et qui a déjà été validé.

Pour combien de temps dois-je m’engager ?

La mesure dure deux ans. Des contrats d’un an renouvelable vous seront proposés avec la ou les structures qui vous emploie(nt) que ce soit l’hôpital ou la structure ambulatoire si vous avez choisi d’être salarié(e) en ville.

Je suis encore interne, suis-je concerné(e) ?

 En tant qu’interne, vous êtes concerné(e) si vous êtes diplômé(e) à la fin de l’année universitaire (juin 2019) et que vous présentez et obtenez votre thèse avant la rentrée universitaire de novembre 2019.

Je suis sous contrat d’engagement de service public, suis-je concerné(e) ?

Il vous est tout à fait possible de candidater à ces postes. L’activité en zone sous dense nécessaire à l’accomplissement de votre contrat sera comptabilisée au prorata de votre exercice en ambulatoire soit 60%, 50% ou 40% de des deux années effectuées.

Je suis médecin généraliste voulant exercer en ville, pourquoi voudrais-je être salarié ?

Devenir médecin généraliste salarié vous offre un confort d’exercice et une protection sociale avantageuse vous permettant notamment de concilier plus facilement vie professionnelle et vie de famille. Vous bénéficierez d’une durée de travail de 35 ou 39 heures hebdomadaires (vos éventuelles heures supplémentaires sont rémunérées), des congés payés et parentaux (maternité ou paternité), et de l’ensemble de la protection sociale des salariés (retraite, maladie, maternité).   

Devenir médecin généraliste salarié vous permet également de consacrer l’ensemble de votre activité professionnelle à soigner sans avoir à vous occuper des contraintes administratives.

Qui peut me salarier ?

Plusieurs solutions vous sont possibles : vous pouvez être salariés par un centre de santé, un hôpital ou un médecin libéral (dans le cadre d’un contrat de collaboration salariée).

Suis-je obligé(e) d’être salarié(e) à temps plein ?

Il vous est tout à fait possible d’être salarié à temps partiel avec toutefois un minimum de 50%.

Quelle sera le montant de ma rémunération ?

Le montant de votre rémunération est fixé par l’employeur et précisé dans chaque offre d’emploi.

Pour combien de temps dois-je m’engager ?

La mesure dure deux ans mais il vous est tout à fait possible voire encouragé de vous engager plus longtemps avec la structure si celle-ci le propose.  L’objectif de ce dispositif est de pérenniser votre emploi dans des territoires qui en ont particulièrement besoin.

Quel type de contrat me seront proposés ?

Vous signerez un contrat de travail classique d’une durée de deux ans avec la structure qui vous emploie (centre de santé, hôpital, médecin libéral).

Vous pourrez signer un contrat à durée déterminée (CDD) ou indéterminée selon votre projet et la proposition de votre futur employeur.

Aller plus loin

Contact

Contenu

Vos référentes installation : 
Cécile Ait-Salah et Aurélie Huriaux
bfc@guichet-unique.sante.fr