COVID-19 en Bourgogne-Franche-Comté : Tenir l’effort collectif pour réduire l’impact hospitalier de la troisième vague

Communiqué de presse
Politique publique de santé COVID19
Visuel

La troisième vague de l’épidémie qui touche la Bourgogne-Franche-Comté entraîne un afflux de patients nécessitant une hospitalisation. A la veille des congés de printemps, l’ARS appelle chaque habitant de la région à maintenir encore son effort, pour permettre au système de soins de faire face.

Corps de texte

L’incidence de l’épidémie a continué de progresser sur la dernière période de 7 jours * en Bourgogne-Franche-Comté où elle demeure supérieure à 300 pour 100 000 habitants ; toujours à plus de 400 dans la Nièvre, et à près de 500 dans le Doubs.

Même s’il reste stable à 7,5%, le taux de positivité des tests confirme le haut niveau de circulation du virus qui a désormais un impact accru sur les prises en charge hospitalières.

Ce 9 avril, les établissements de santé de la région accueillent près de 1 350 patients pris en charge pour des formes sévères.

Face à l’augmentation rapide du nombre de patients nécessitant une hospitalisation (jusqu’à 20 admissions par jour en réanimation ces derniers jours ; une moyenne de près de 60 hospitalisations quotidiennes), l’ARS a demandé aux établissements de santé de déclencher l’ultime palier d’augmentation de leurs capacités de prise en charge en médecine et en réanimation.

189 patients atteints de COVID-19 sont hospitalisés en soins critiques (réanimation ou soins intensifs).

A ce jour, 266 places de réanimation sont déployées dans la région, pour une capacité initiale de 200 places, dont 142 sont occupées par des patients COVID et 98 par des patients souffrant d’autres pathologies. Le taux d’occupation des places de réanimation s’élève donc à 90%, les malades souffrant de COVID-19 représentant près de 60% des malades actuellement en réanimation dans la région.

L’ouverture de nouvelles capacités hospitalières pour les patients souffrant de COVID-19 rend nécessaire le redéploiement de ressources humaines conséquentes au sein des hôpitaux et donc la déprogrammation de soins moins urgents. L’Agence rappelle en outre que tous les professionnels de santé volontaires et disponibles sont invités à s’inscrire sur la plateforme nationale RenfortRH , pour prêter main forte aux équipes en place.

Depuis mars 2020, 4 235 personnes sont décédées dans les établissements de santé ; 2 271 décès étant recensés dans les établissements médico-sociaux de la région.

Plus de la moitié des habitants de plus de 65 ans de la région a reçu au moins une première dose

En établissements comme en population générale, le déploiement de la campagne se poursuit en Bourgogne-Franche-Comté, où près de 480 000 personnes ont désormais bénéficié d’au moins une première injection ; plus de la moitié de la population des plus de 65 ans étant désormais protégée par une première dose.

A la veille d’une période de congés, l’ARS renouvelle ses appels au civisme et à la solidarité de tous les habitants de la région.

En dépit de la lassitude à laquelle chacun peut être confronté, il reste déterminant, même pour les personnes vaccinées, d’appliquer en toutes circonstances les gestes barrières, de limiter ses interactions sociales, de se faire dépister face à tout signe évocateur de la COVID et de s’isoler dans ce cas scrupuleusement pour casser les chaînes de transmission du virus.

Aller plus loin

Documents à télécharger