COVID-19 en Bourgogne-Franche-Comté : Maintenir un haut niveau de vigilance pour freiner l’épidémie

Communiqué de presse
COVID19 Prévention

L’ARS Bourgogne-Franche-Comté renouvelle ses appels à une discipline individuelle et collective de protection face aux risques de recrudescence de l’épidémie liés aux variants du virus. Un an après le début de la crise sanitaire, plus de 5 200 morts en établissements de santé et médico-sociaux sont à déplorer dans la région.

Avec une incidence de 246 pour 100 000 en population générale (autour de 280 pour les plus de 65 ans, contre 250 la semaine dernière) la Bourgogne-Franche-Comté n’échappe pas à la hausse du niveau de circulation du virus observée à l’échelle nationale.

La situation épidémique est d’autant plus préoccupante qu’il faut désormais tenir compte de la diffusion des variants identifiés en Angleterre, en Afrique du Sud, au Brésil.

Le système de détection qui monte en charge dans la région (les CHU de Besançon et Dijon sont désormais en capacité de procéder à leur séquençage) confirme la présence de ces variants sur le territoire régional : 11 cas confirmés dans la région à ce jour ; 8 cas de variant dit « britannique » (en Côte-d’Or, dans le Doubs et le Jura) ; 3 cas de variant dit « sud-africain », en Saône-et-Loire.

L’expérience des pays voisins faisant état de la contagiosité accrue de ces variants fait craindre une forte recrudescence de l’épidémie, difficilement soutenable par les hôpitaux de la région qui font face à un niveau d’hospitalisations très élevé depuis plusieurs mois (autour de 1 800 patients pris en charge pour des formes graves de la COVID-19).

Plus de 5 200 décès

Ce 29 janvier et depuis le début de l’épidémie, plus de 5 200 décès endeuillent la région : 3 294 décès en établissements de santé, 1 941 en établissements médico-sociaux.

Dans ce contexte, l’ARS réitère les messages-clés de prévention propres à chaque situation :

  • Se faire tester au moindre symptôme évocateur de la Covid-19, ou en cas de contact à risque. Ce test doit être réalisé par PCR au retour d’un voyage à l’étranger ou en cas de contact à risque avec une personne revenant d’un voyage à l’étranger ;
  • S’isoler scrupuleusement dans l’attente des résultats du test.
  • Mettre en oeuvre les gestes barrières en toutes circonstances.

Vaccination des personnes vulnérables

La vaccination des personnes vulnérables se poursuit par ailleurs à un rythme rapide dans la région, où près de 80 000 personnes ont été vaccinées (en date du 27/01/21).

L’ARS rappelle que cette campagne durera plusieurs mois et repose sur une gestion des doses de vaccins en flux tendu.

 

les 10 gestes barrières mis à jour le 22 janvier 2021