La santé pour territoire

Cancers pédiatriques dans le Haut-Jura

Actualité
Date de publication
Cet article est dédié aux cancers pédiatriques signalés sur 5 communes du Haut-Jura. Vous y trouverez tous les documents disponibles à ce jour.
Corps de texte

L’ARS Bourgogne-Franche-Comté a été destinataire en juillet 2019, d’un signalement de cancers pédiatriques en nombre anormalement élevé sur cinq communes du Haut-Jura.

Après une phase de validation par l’Agence de ces cas, Santé publique France a été saisie pour une expertise épidémiologique.

Lors d’une suspicion d’un agrégat (regroupement dans le temps et l’espace d’une même typologie de maladie) et quelle que soit la nature de la pathologie, cette expertise vise à :

  • documenter au mieux la situation épidémiologique par la recherche active de cas,
  • confirmer ou infirmer l’existence d’un excès de cas sur une période et une zone géographique pertinentes,
  • rechercher si un ou plusieurs facteurs de risques connus sont retrouvés sur la zone géographique.

Cette démarche a été présentée et discutée avec les familles le 14 octobre 2019.

S’agissant de cancers pédiatriques, les facteurs de risque sont multiples et encore mal connus. De ce fait, à l’échelle d’un agrégat comme celui observé dans le Haut-Jura, il est extrêmement difficile d’établir une relation statistique valable. Encore récemment, dans une situation similaire à Sainte-Pazanne (Loire atlantique), les investigations conduites n’ont pas permis de mettre en évidence un ou plusieurs facteurs de risque communs.

Néanmoins, et dans le cas qui nous concerne, Santé publique France conduit activement cette expertise selon le protocole ci-dessus et basée sur le guide méthodologique pour l’évaluation et la prise en charge des agrégats spatio-temporels de maladies non infectieuses (clic ici).

Un second temps d'échanges avec les familles concernées a eu lieu le jeudi 12 décembre 2019 aux Rousses, en présence de spécialistes de Santé publique France, à qui les investigations épidémiologiques sont confiées, et de deux médecins oncologues du CHRU de Besançon, sollicités pour leur appui technique.