Fonds de lutte contre les addictions : retour sur l’appel à projets 2021

Actualité
Prévention
Crédits : canva

Retour sur l’appel à projets (AAP) 2021 « Fonds de lutte contre les addictions liées aux substances psychoactives » lancé en juillet 2021. Décision du Directeur général de l’Agence régionale de santé de Bourgogne-Franche-Comté (ARS BFC) suite à l’avis du Comité de sélection du 14 décembre 2021. Dix dossiers ont été reçus.

Les projets retenus

AVENIR SANTE 

  • Objectif général de l’action : Prévenir et réduire les pratiques addictives des jeunes de 16-25 ans dans l'espace public à Besançon
  • Durée du projet : 2 ans
  • Territoire concerné : Doubs
  • Montant retenu : 35 074 euros

IREPS BFC 

  • Objectif général de l’action : Prévenir les conduites addictives des jeunes de 12 à 20 ans en milieu sportif par le renforcement des CPS des licenciés et la création d’environnements favorables au sein des clubs/associations sportifs de Bourgogne-Franche-Comté.
  • Durée du projet : 3 ans
  • Territoire concerné : Bourgogne-Franche-Comté
  • Montant retenu : 265 316 euros
  • Propositions du financeur : Les coûts AAF BFC et formation RRAPPS sont à valoriser dans le budget car déjà financés par ailleurs. La coordination régionale doit davantage s’impliquer dans le déploiement départemental afin de garantir la cohérence du projet. Le dossier Cerfa est à retravailler pour la durée totale du projet et en fonction de ces éléments. La réflexion autour du label « club promoteur de santé » devra être pensé en cohérence / complémentarité avec le label « Maisons Sport Santé » pour éviter toute confusion

Association LE RENOUVEAU 

  • Objectif général de l’action : Mise en place d'une cellule ressource en addictologie intervenant auprès des principaux acteurs AHI (Accueil Hébergement, Insertion).
  • Durée du projet : 3 ans
  • Territoire concerné : Côte d’Or
  • Montant retenu : 187 500 euros
  • Propositions du financeur : La partie médicale qui peut être financée doit être fléchée sur un médecin addictologue (au lieu de tabacologue) étant donné la diversité des substances potentiellement consommées par le public cible. À envisager, peut-être dans un second temps, le développement de l’intervention à destination des structures gérées par ADEFO (Association Dijonnaise d’Entraide des Familles Ouvrières), également présent sur le territoire Dijonnais.

OPPELIA 

  • Objectif général de l’action : Déployer l’ensemble des missions du CSAPA (accueil, informations, évaluation, orientation, accompagnement pluridisciplinaire, RDR, intervention précoce) dans une dynamique d’aller vers pour répondre aux besoins en santé en addictologie pour les personnes en isolement du fait de la ruralité du territoire
  • Durée du projet : 3 ans
  • Territoire concerné : Jura
  • Montant retenu : 292 980 euros
  • Propositions du financeur : Réserves concernant les TSO prescrits et/ou suivis à domicile. L’initiation et le suivi du traitement doivent être assurés par un médecin. Dans ce cadre la téléconsultation peut être une ressource utilisable après la phase d’initialisation du traitement mais en respectant la condition d’alternance entre présentiel et distanciel (arrêté du 22/09/21 portant approbation à l’avenant N°9 à la convention nationale entre médecin et assurance maladie. Réserves sur le profil fléché TISF (niveau 4) au lieu de CESF (niveau 2) => retenir profil CESF. Prévoir une évaluation externe

ADDSEA 

  • Objectif général de l’action : Sensibiliser aux conduites à risques et addictives un public adolescent spécifique (IME)
  • Durée du projet : 1 an
  • Territoire concerné : Doubs
  • Montant retenu : 30 440 euros
  • Propositions du financeur : Prévoir une évaluation externe en intégrant le rapport coût/bénéfice.

ADDSEA 

  • Objectif général de l’action : Mettre en place un programme de sensibilisation et d’acculturation à l’addictologie pour 5 structures d’hébergement afin faire évoluer les pratiques des professionnels et de garantir une prise en charge et un accueil inconditionnel des consommateurs de substances psychoactives en structure AHI.
  • Durée du projet : 3 ans
  • Territoire concerné : Doubs
  • Montant retenu : 44 157 euros
  • Propositions du financeur : Préciser le calendrier CHRS par CHRS, les thématiques abordées et les professionnels du CSAPA fléchés dès lors que le projet sera affiné. Le FLCA exclut le financement de cigarettes électroniques. Dans les actions qui seront mises en place au sein des CHRS, prévoir de faire varier les interventions en fonction des ressources déjà existantes au sein des équipes des CHRS en place, certaines intégrant parfois déjà des professionnels de santé sensibilisés au sujet des addictions. Un appui méthodologique sera réalisé par la structure d’appui Enéis by KPMG

CH Mâcon 

  • Objectif général de l’action : Repérer de manière précoce le tabagisme de la femme enceinte et lui proposer un accompagnement d'aide au sevrage du début de sa grossesse jusqu'à la sortie de la maternité.
  • Durée du projet : 3 ans
  • Territoire concerné : Saône-et-Loire
  • Montant retenu : 90 000 euros
  • Propositions du financeur : Le CH étant déjà engagé dans une démarche LSST, prise en compte uniquement du renfort en personnel pour mener à bien cet axe périnatalité. Les objectifs du projet sont communs aux missions ELSA. Au terme des 3 ans, une pérennisation de ce renfort pourrait s’envisager dans le cadre du financement ELSA.

EPSM La Chartreuse  

  • Objectif général de l’action : Déploiement de la démarche LSST (déclinaison de l’ensemble des axes de la stratégie telle que définie par le RESPADD)
  • Durée du projet : 3 ans
  • Territoire concerné : Côte d’or
  • Montant retenu : 240 000 euros
  • Propositions du financeur : Le recrutement d’un PH n’est pas envisageable sur une démarche LSST. Le FLCA ne permet pas de financer des DU pour les professionnels (finançable via le plan de formation de l’établissement). Le Respadd mène des audits gratuitement dans le cadre de la démarche LSST. Le montant retenu pour le financement du projet intègre ces éléments et est corrélé aux subventions des autres CH de la région engagés dans la démarche. Un appui méthodologique sera réalisé par la structure d’appui Enéis by KPMG.

Projet non retenu 

CHS ST YLIE- CSAPA Briand

  • Objectif général de l’action : Mettre en place un bus itinérant rattaché au CSAPA pour aller vers les usagers les plus éloignés et précaire dans le Nord Jura pour les amener progressivement vers le soin en proposant une offre à la fois préventive et curative et en facilitant l’accès aux soins.
  • Motivation de l’avis : Un projet intéressant par rapport au contexte local mais dont la stratégie d’intervention n’est pas suffisamment construite : un vocabulaire différent utilisé dans chaque partie, qui porte à confusion sur les missions principales du bus ; le lien avec les médecins traitants : la stratégie pour entrer en contact avec les médecins traitants, usagers et autres partenaires n’est pas décrite ; pas de projection sur les valeurs cibles des bénéficiaires ; la composition et le fonctionnement de l'équipe reste à détailler de même que le lien avec l’équipe du CSAPA mère. Le coût de l’achat du bus est disproportionné en regard du projet et de sa durée. Ce projet s’était déjà vu refusé en 2019 et n’a pas été retravaillé en conséquence.

Projet à retravailler pour envisager un financement direct 

IREPS BFC

  • Objectif général de l’action : Prévenir les conduites addictives des jeunes en alternance et apprentissage par le développement de leurs capacités d’adaptation et de gestion du stress en adaptant le programme numérique ETUCARE basé sur des données probantes de prévention en santé mentale
  • Motivation de l’avis : Projet à sortir du cadre de cet AAP afin de le retravailler en cohérence avec les objectifs CPOM volet santé mentale. Intégrer 1à 2 séances/modules sur les conduites addictives et les orientations possibles pour une prise en charge dédiée. Les coûts affichés sur les ETP seront à valoriser dans le cas des ETP existants déjà financés dans le cadre du CPOM. Soutien possible du FLCA 2021 en financement direct dans le cadre d’un co-financement. Elargissement à d’autres établissements comme les E2C (écoles seconde chance), certaines unités PJJ : à discuter avec le porteur.

Voir la décision qui reprend les éléments indiqués ci-dessus, en bas de page en pdf