COVID-19 EN BOURGOGNE-FRANCHE-COMTE : Un rebond net et généralisé de l’épidémie dans la région

Communiqué de presse
Politique publique de santé Prévention COVID19
Visuel

La situation épidémique se dégrade à l’échelle régionale, où la diffusion du variant dit britannique de la COVID-19 est désormais généralisée. Le respect des mesures collectives, les gestes de prévention, le dépistage et la vaccination constituent des freins à la circulation virale. Chacun est encouragé à rester mobilisé dans la durée.

Corps de texte

Ces 7 derniers jours, l’incidence de l’épidémie de Covid-19 en Bourgogne-Franche-Comté enregistre une nette progression qui se mesure dans tous les départements. En population générale, le taux d’incidence affiche près de 50 points de plus, pour s’établir à plus de 200 pour 100 000 habitants.

Chez les plus de 65 ans, l’augmentation reste plus modérée (environ 130 pour 100 000 habitants), une part significative de cette tranche d’âge étant maintenant protégée par la vaccination.
Le taux de positivité des tests, à près de 7%, repart également à la hausse.

Des variants plus contagieux

Ce rebond épidémique significatif est lié à la diffusion des variants du virus, très majoritaires dans la région à l’image du reste de la France.
Le variant dit britannique représente à lui seul près de 68% des cas positifs. Les variants dits sud-africains et brésiliens se répandent de manière plus sporadique, certaines situations locales appelant cependant des mesures complémentaires, comme dans le département du Doubs où la part du variant sud-africain atteint désormais environ 15% (soit plus du double de la moyenne régionale de 6,5%), avec une forte diffusion sur Besançon. 

Pression constante sur les établissements de santé

Le rebond de l’épidémie enregistré par ces indicateurs de surveillance ne se fait pas encore ressentir sur les établissements de santé, où l’impact est en général différé d’une dizaine de jours.
Le nombre de patients admis en service de réanimation pour des formes graves de la Covid-19 se maintient autour de 150.

Depuis un an et le début de l’épidémie, ce sont désormais plus de 20 000 personnes qui ont été prises en charge par le système hospitalier régional mobilisé sans relâche pour faire face à une pression continue.

Ce 19 mars, 3 981 décès sont recensés dans les établissements de santé ; 2 253 au sein des établissements médico-sociaux où la mortalité continue de diminuer cependant sous l’effet de la vaccination.

Près de 50% des plus de 75 ans ont désormais reçu une première dose de vaccin dans la région, où la campagne progresse et va encore s’accélérer.

Après le feu vert des experts, le vaccin AstraZeneca en particulier, peut de nouveau être administré par les professionnels de ville.

Se faire tester au moindre signe

Face à l’épidémie, l’ARS Bourgogne-Franche-Comté rappelle que les gestes barrières et le dépistage sont également des clés à la portée de tous au quotidien.

Le nombre de tests est en augmentation régulière depuis un mois dans la région et l’Agence remercie les
personnes qui ont le réflexe de se faire dépister au moindre signe
évocateur de la COVID ou en cas de contact à risque, et qui contribuent ainsi à la lutte active contre le virus.

Aller plus loin

Documents à télécharger