COVID-19 en Bourgogne-Franche-Comté : Elever encore le niveau de vigilance individuelle et collective y compris dans la sphère familiale et amicale

Communiqué de presse
Politique publique de santé COVID19
Visuel
La circulation du virus s’intensifie toujours dans la région, en particulier en Côte-d’Or et en Saône-et-Loire où elle est également très élevée chez les personnes de plus de 65 ans. Il n’est pas trop tard pour que les bons gestes de prévention de tous permettent de limiter les effets de la reprise épidémique.
Corps de texte

La situation épidémiologique face au coronavirus continue de se détériorer en Bourgogne-Franche-Comté où le taux d’incidence poursuit sa progression pour s’établir à plus de 70/100 000 habitants sur la dernière période de 7 jours. Le taux d’incidence chez les personnes de plus de 65 ans dépasse 50/100 000 et le taux de positivité des tests dépasse désormais 6%. 

Département

Nb de résultats de tests 
du  29 septembre au 5 ocotbre

Nb de résultats positifs
du  29 septembre au 5 octobre

Côte d'or 9 979 570
Doubs 7 780 290
Jura 3 414 132
Nièvre 2 425 50
Haute-Saône 2 707 79
Saône-et-Loire 8 452 583
Yonne 4 540 214
Terr. de Belfort 1 851 63
Total région BFC 41 148 1 981

Si la situation reste contrastée entre les territoires, 5 départements sur 8 dépassent le seuil d’alerte (taux d’incidence supérieur à 50/100 000) :

  • En Côte-d’Or, la circulation du virus reste très active avec une incidence supérieure à 100/100 000 habitants (double du seuil d’alerte), en particulier dans la métropole dijonnaise (incidence supérieure à 150 pour 100 000, taux de positivité des tests à 9%) désormais placée en zone d’alerte renforcée.
    L’incidence pour les personnes de plus de 65 ans est proche de 70 / 100 000 dans le département, largement supérieure au seuil d’alerte et le taux de positivité des tests reste supérieur à 7%.
  • En Saône-et-Loire, pour cette tranche d’âge à risque de développer des formes graves de la maladie, l’incidence est supérieure à 100/100 000 habitants. Associé à un taux de positivité de 9% et à une incidence de plus de 100/100 000 en population générale, ce critère témoigne de la dégradation significative de la situation épidémique dans le département, avec d’ores et déjà des répercussions significatives sur le système hospitalier (la Saône-et-Loire représente plus du tiers des hospitalisations de la région).
  • L’Yonne reste au-dessus du seuil d’alerte avec une incidence de plus de 60/100 000, qui atteint également le seuil d’alerte de 50/100 000 chez les personnes de plus de 65 ans, et un taux de positivité supérieur à 6%.
  • Le Doubs reste légèrement au-dessus du seuil d’alerte de 50/100 000 avec une incidence moindre chez les personnes de plus de 65 ans (inférieure à 30/ 100 000) et un taux de positivité de près de 5%.
  • La dégradation de la situation épidémique se poursuit dans le Jura qui dépasse désormais le seuil d’alerte de 50/100 000. L’incidence chez les plus de 65 ans est supérieure à 40/100 000 et le taux de positivité atteint 5%.
  • Le Territoire de Belfort présente un taux d’incidence de plus de 40/100 000 et un taux de positivité de plus de 4%.
  • La Haute-Saône (incidence supérieure à 30/100 000) et la Nièvre (plus de 20/100 000), département qui sort de la zone d’alerte cette semaine, affichent des incidences et des taux de positivité (autour de 3%) bien en-deçà de la moyenne régionale avec une tendance toutefois orientée à la hausse en Haute-Saône.

Nouvelle hausse des entrées à l’hôpital

L’augmentation de l’impact hospitalier se confirme cette semaine avec 12 hospitalisations en moyenne par jour, 3 en réanimation.
Les établissements de santé de Bourgogne-Franche-Comté prennent ce jour en charge 148 patients atteints de formes graves du coronavirus, dont 32 en réanimation.
1 099 décès sont à déplorer en milieu hospitalier depuis le début de l’épidémie, 655 en établissements médico-sociaux.
Santé publique France recense au total 4 371 personnes sorties d’hospitalisation.

Signalements

Par ailleurs 1 750 signalements de regroupements de cas ou situations en collectivité ont été opérés auprès de l’ARS depuis la levée du confinement ; près de 600 restant en cours d’investigation, de traitement ou de suivi, dont 16 clusters.
Les rassemblements familiaux ou entre amis figurent sur la liste de ces situations à risque de chaînes de transmission et l’ARS renouvelle son appel à la responsabilisation de tous pour augmenter le niveau de vigilance au sein de la sphère familiale et amicale.
Différentes mesures graduelles sont mises en oeuvre dans la sphère publique et collective, à l’échelle des territoires ; dans le cercle privé, ce sont les bons gestes de prévention de chacun qui permettront de contenir l’épidémie.

L’Agence Régionale de Santé propose à ce titre des conseils de bon sens pour participer à une fête entre amis ou un repas en famille, sans risque pour soi, sans risque pour les autres. En savoir plus sur le site de l’ARS BFC.

 

Aller plus loin

Documents à télécharger