COVID-19 en Bourgogne-Franche-Comté : Continuer d’agir pour ralentir la circulation du virus

Communiqué de presse
COVID19 Politique publique de santé Prévention
Communiqués et dossiers de presse

Le très haut niveau de circulation du virus exige le maintien de la mobilisation collective en Bourgogne-Franche-Comté pour mettre en œuvre tous les moyens de réplique à notre portée : gestes barrières, vaccination, dépistage, respect des consignes d’isolement.

Ces 7 derniers jours, la circulation épidémique en Bourgogne-Franche-Comté a atteint des niveaux encore inégalés depuis le début de la crise sanitaire, il y a près de 2 ans.

L’incidence en population générale dépasse les 2 200 cas pour 100 000 habitants avec un taux de positivité des tests proche de 19%.

Cette circulation très intense du virus n’est cependant pas une fatalité et en dépit de la lassitude qui touche l’ensemble de la population, l’ARS réitère ses appels à la vigilance, à la solidarité, à l’action.

Une action qui contribue directement à limiter la pression sur le système de soins pour préserver les capacités nécessaires à tous.

 Un millier de personnes hospitalisées

A ce jour, le cap du millier de personnes prises en charge en établissements de santé a été franchi, 160 patients atteints de formes graves de la pathologie étant admis en soins critiques.

Professionnels de santé, sapeurs-pompiers, collectivités, associations, préfectures…Tous les acteurs de terrain restent engagés dans les 8 départements de la région pour proposer une offre vaccinale de proximité facilement accessible.

Cette offre, en centres ou chez les professionnels de ville, avec ou sans rendez-vous, permet d’assurer :

  • les primo-injections, il n’est pas trop tard !
  • le rappel vaccinal : A ce jour, plus de 1,35 million de personnes ont bénéficié de ce rappel en Bourgogne-Franche-Comté. Ce 15 janvier, les personnes qui n’ont pas effectué leur rappel 7 mois après leur dernière injection, perdent la validité de leur passe sanitaire. Au 15 février, le rappel vaccinal devra avoir été effectué 4 mois après la dernière injection pour valider son passe sanitaire. Il est donc important de programmer son rendez-vous sans attendre.
  • la vaccination des enfants de 5 à 11 ans : Dans les centres de vaccination, des lignes dédiées sont prévues, le vaccin, à ARN messager, étant dosé dans une forme pédiatrique par définition adaptée à l’enfant. Une consultation pré-vaccinale systématique est réalisée par un médecin.

Depuis le début de l’épidémie, en mars 2020, COVID-19 a entraîné 5 427 décès en établissements de santé ; 2 327 dans les établissements médico-sociaux de la région.

 

Aller plus loin