La santé pour territoire

Cancers pédiatriques dans le Haut-Jura : Point d’étape de l’enquête épidémiologique

Communiqué de presse
Politique publique de santé
Visuel
communiqués de presse
Le point sur l'enquête épidémiologique en cours sur les cancers pédiatriques dans le Haut-Jura.
Corps de texte

L’Agence Régionale de Santé (ARS) Bourgogne-Franche-Comté a été informée en juillet 2019 d’un nombre élevé de cancers touchant des enfants au sein de la population résidant sur des communes du Haut-Jura. Sur la base de ce signalement, l’ARS a saisi Santé publique France pour engager une expertise épidémiologique et rechercher d’éventuels facteurs locaux explicatifs. Dans une démarche de transparence, les investigations autour des cancers pédiatriques du Haut-Jura font l’objet d’échanges réguliers avec les parents des enfants atteints de cancer et d’une information systématique des maires des communes concernées.
 

Point d’étape de l’enquête épidémiologique

L’enquête épidémiologique menée par l’équipe de Santé publique France en Bourgogne-Franche-Comté comprend plusieurs étapes indispensables : la définition d’un périmètre, l’élaboration d’un questionnaire dédié et spécifique, une analyse détaillée des réponses et des expositions environnementales, les résultats et les recommandations.

Le périmètre

Le périmètre de l’enquête tient compte de 3 paramètres : la période, la zone géographique et les diagnostics pris en compte dans l’étude. Il sert à définir les contours de l’enquête avant sa réalisation. Une fois fixé, il ne pourra plus évoluer pour l’investigation présente, c’est la raison pour laquelle une attention toute particulière est portée à l’étape de recensement exhaustif des cas.

« Pour établir le périmètre, il est indispensable de s’assurer que nous avons identifié l’ensemble des enfants malades. Pour cela, nous avons travaillé avec le Registre national des cancers de l’enfant (RNCE), le Centre Hospitalier Régional Universitaire (CHRU) de Besançon et les Hospices civils de Lyon. Nous avons également interrogé la direction générale de la santé du canton de Vaud et le Registre national suisse (ChCR) pour recenser d’éventuels enfants soignés en Suisse mais vivant dans le périmètre français et pour vérifier que le périmètre ne s’étend pas à la Suisse frontalière » explique Olivier Retel, responsable de Santé publique France Bourgogne-Franche-Comté.

Ce travail préliminaire permet de définir le périmètre de l’enquête menée dans le Jura qui concerne :

  • les cancers pédiatriques, de toute nature,
  • diagnostiqués entre 2011 et 2019,
  • sur la zone géographique recouvrant quatre communes du Jura (Les Rousses, Longchaumois, Morez, Prémanon).

D’après les données validées avec le Registre national des cancers de l’enfant, treize enfants atteints de cancer sont inclus dans ce périmètre.

L’équipe de Santé publique France Bourgogne Franche Comté a élaboré un questionnaire, à partir des connaissances scientifiques sur les cancers pédiatriques, la prise en compte des spécificités locales comme par exemple le fait d’être en zone rurale…
 

Le questionnaire

Ce questionnaire permet le recueil d’informations relatives à l’enfant, à la mère et au père. 

« Il s’agit d’un outil épidémiologique qui va nous permettre en croisant les réponses, d’identifier potentiellement un ou plusieurs facteurs de risque qui seraient communs aux enfants malades. Nous recherchons des facteurs de risque spécifiques au périmètre et sur lesquels on pourrait agir localement. Nous ne centrons pas nos recherches sur des produits de consommation courants disponibles sur le marché national par exemple » précise Olivier Retel.

Ce questionnaire sera adressé aux parents par courrier afin qu’ils puissent se l’approprier et le remplir. Les épidémiologistes de Santé publique France Bourgogne Franche Comté pourront organiser par la suite des entretiens avec chaque famille pour compléter ou préciser des réponses.
 

Recherche d’expositions environnementales

En lien avec l’ARS, l’équipe de Santé publique France Bourgogne Franche Comté a commencé une analyse cartographique pour certaines expositions environnementales suspectées d’être à risque vis à vis des cancers pédiatriques. Il s’agit à partir de différentes bases de données ou de partenariats (Atmo) de repérer sur le secteur les potentielles sources d’exposition à risque (lignes à haute tension, stations d’essence, pollution atmosphérique…) et comparer leur localisation aux lieux d’habitation et de vie des enfants.

L’ARS a distribué des dosimètres pour réaliser au domicile des familles concernées, des mesures d’exposition au radon, gaz qui a été inclus dans les sources environnementales d’exposition potentielles dans cette étude. Cette campagne de mesures va se dérouler de mars à avril, pour évaluer les fluctuations des émissions de ce gaz.

Le radon
Gaz naturel radioactif cancérogène, le radon provient de la désintégration radioactive de l’uranium présent dans le sol et dans les roches (en particulier les massifs granitiques). Dans l’air extérieur, le radon se dilue rapidement et sa concentration moyenne reste généralement très faible. Dans les espaces clos comme les bâtiments, sa concentration peut devenir élevée en fonction des paramètres environnementaux, des caractéristiques du bâtiment et de son mode d’occupation.

 

Aller plus loin

Documents à télécharger