La santé pour territoire

114 Appel d’urgence pour sourds et malentendants

Actualité
Politique publique de santé Démocratie en santé
Date de publication
Visuel
114 appel d'urgence pour sourds et malentendants
La création d’un service pouvant répondre aux appels d’urgence des personnes ayant des difficultés à entendre ou à parler (sourds et malentendants) est une demande très ancienne et légitime des usagers.
Corps de texte
114 appel d'urgence pour sourds et malentendants

La surdité est considérée comme le déficit le plus fréquent dans le monde.

En France, 4 millions de personnes sont déficientes auditives, un chiffre qui recouvre des réalités de vie très différentes : sourds profonds, sourds d’une oreille, devenus sourds, malentendants, personnes âgées atteintes de presbyacousie, etc. Ces dernières n’utilisent d’ailleurs pas toutes la même langue (langue des signes, français) ni les mêmes modalités d’utilisation de ces langues.

450 000 personnes seraient dans l’incapacité d’utiliser le téléphone.

80 000 à 100 000 d’entre elles sont des sourds profonds de naissance dont, pour la majorité, la langue des signes est la langue de vie. Ils s'inscrivent depuis toujours, à des degrés divers, dans le bilinguisme avec le français (écrit ou oral). Pourtant, il aura fallu attendre février 2005 pour que l’Assemblée Nationale reconnaisse la langue des signes comme une langue à part entière.

La Loi n° 2005-102 du 11 février 2005 pour l’égalité des droits et des chances, la participation et la citoyenneté des personnes handicapées dans son article 78 stipule qu’« un décret prévoit […] des modalités d’accès des personnes déficientes auditives aux services téléphoniques d’urgence ».

Grâce à cette loi, les personnes sourdes, devenues sourdes et malentendantes ont enfin, comme tout autre citoyen, leur mot à dire sur ce que doit offrir un service public. 

Le décret du 14 avril 2008 relatif à la réception et à l’orientation des appels d’urgence des personnes déficientes auditives prévoit la mise en place d’un centre national relais qui devra, à terme, être capable de recevoir tout appel d’urgence (15, 17, 18) non téléphonique, quelle que soit sa forme (SMS, fax, visiophonie, etc.), et quelle que soit la langue utilisée (langue des signes ou français). Un numéro unique, national et gratuit est alors créé : le 114.

Depuis le 14 septembre 2011, en composant le 114, toute personne ayant des difficultés à entendre ou à parler, qu’elle soit victime ou témoin d’une situation d’urgence, a la possibilité – mais également l’obligation si elle est témoin d’une urgence – d’alerter les services de secours (SAMU, Pompiers, Gendarmerie, Police) comme tout citoyen.

Les sourds et les malentendants sont particulièrement concernés par le 114.

Aller plus loin

Documents à télécharger